Sleeparchive « Si je n’offre pas ma musique gratuitement, personne n’achète »

La soirée de clôture du Cabaret Aléatoire est une soirée XXL co-produite avec le festival Reevox-NH et la biennale des imaginaires numériques Chroniques. 10 heures de musique électronique dans 5 espaces de la Friche Belle de Mai : le Samedi 15 Décembre on fait le marathon. La soirée termine au Cabaret Aléatoire qui reçoit la légende de Détroit Dopplereffekt, le berlinois Sleeparchive et le londonien Randomer.

Tu as produit un nouvel album Spring Flowers : pourquoi est ce que tu as pris cette position musicale pour ce nouvel album ? Comment as-tu exploré l’univers de la musique contemplative ? Est ce que c’est la suite des sessions techno avec Shigeko Akakabe?

En Février 2018 j’ai commencé à enregistrer de la musique calme. J’ai enregistré environ 100 pièces longues et courtes les 10 derniers mois. j’en ai publié 53 sur 7 releases pour le moment, j’ai d’ailleurs créé un nouveau label exprès. Le nom de ce label est NORD VEST. Premièrement, j’ai les ai publié sous le nom de SLEEPARCHIVE car c’était plus facile de toucher les gens avec un nom établi. Pendant ce temps j’ai changé le nom dans ma tête, et le 7 releases sont maintenant disponibles sur le Bandcamp de NORDVEST sous le nom NORD VEST.

Tu as enregistré ton album « Sleepless » durant des nuits blanches en février 2018. Dis moi quand as tu dormi la nuit dernière ?

Je vais en général au lit autour de 10 heures et je me réveille à 6 heures.

Avec d’une part les Sleep cycles en 2015 et tes récentes uploads sur ton soundcloud, il semblerait que tu aimes donner des samples gratuitement pour ton public. Est ce que tu penses que la music devrait être open source ? Quelle est ta vision des choses ?

Cela serait très intéressant si la musique était toujours disponible gratuitement, mais malheureusement nous devons tous payer nos factures.  La raison pour laquelle j’offre la musique gratuitement, avec une option de donation libre, est qu’en réalité beaucoup de gens téléchargent avec une donation. Si je n’offre pas ma musique gratuitement, personne n’achète. Du coup, j’atteins plus de personnes et je gagne plus d’argent si j’offre la musique de cette façon. Pour ma dernière release sur NORD VEST j’ai demandé 3 euros par album et je n’ai aucun téléchargement à ce jour.

Tu es un vrai berlinois. Comment as tu vécu l’évolution de la ville? Quelles sont pour toi les meilleures endroits de la ville pour jouer, trouver des vinyles et trouver son inspiration ?

Je ne vis plus à Berlin. J’ai déménagé à Copenhague il y a 2 ans. Même si Berlin est ma ville natale, Berlin n’a jamais trop eu de sens pour moi. Cependant, le départ et la relocation dans une autre ville n’était pas difficile. Je suis une personne très ennuyante. Toute ma vie se résumé à l’art, la cuisine, et la bonne bière. Pour ces 3 choses j’ai assez à faire à Copenhague. Bien sûr la scène clubbing à Berlin est bien plus grande comparée à Copenhague, et la musique me manque, mais heureusement je joue toujours au Trésor régulièrement. Trésor était et est mon club favoris à Berlin. Quand je suis à Berlin je trouve toujours du temps pour aller voir des expos ou boire des bières avec des amis.

Ton label Sleeparchive héberge exclusivement ta propre musique. Est ce que tu as déjà pensé à hébergé la musique d’autres artistes? Si non pourquoi ?

Quand j’ai créé mon label en 2004 c’était pour produire ma propre musique, c’est pourquoi c’est le même nom pour le label et pour l’artiste. Le label n’a jamais été destiné aux autres.

Tu vas jouer ce soir avec Dopplereffekt. Ils ont fait un gros travail sur la scène électronique depuis les 90’s. Ils ont aidé à construire un pont entre la techno de Détroit et l’Allemagne, spécialement avec l’album Gesamtkunstwerk. Est ce que tu te souviens quand tu a entendu leur musique pour la première fois ? Est ce qu’il ont influencé ton travail à ce moment là?

Dopplereffekt n’a pas eu beaucoup d’influence mais j’ai vraiment apprécié la musique qu’ils font depuis leur première sortie sur DATAPHYSIX. J’ai été à un concert de Dopplereffekt à GRIESSMUEHLE à Berlin un peu plus tôt cette année juste avant de jouer au Trésor. La musique qu’a joué Dopplereffekt cette nuit était fantastique comme toujours. J’ai hâte de les écouter à nouveau.

Qu’est ce qu’on peut attendre de ton live du 15 Décembre ?

Pour le moment j’aime à nouveau le bleep. 99% du temps quand je joue ma musique c’est entre 2 DJs dans un club. Les gens viennent pour danser et mon intention est de me divertir et de divertir les gens, donc je joue de la musique où ils peuvent danser.

Retrouvez le live de Sleeparchive Samedi 15 décembre au Cabaret Aléatoire

——————————————–

English version

You produced a very new album Spring Flowers : why did you take this musical position for your new album ? How did you explore this lightly universe of contemplative music? Is it the following of your techno sessions with Shigeko Akakabe?

In February 2018 i started to record quiet music. I’ve recorded around 100 long and short pieces over the last 10 month. 53 of them I published on 7 releases so far. For these releases I have also started a new label. The name of the label is NORD VEST. First, I published them under the name SLEEPARCHIVE because it was easier to reach people with an established artist name . In the meantime, I have changed the name and my mind, and all 7 releases are now only available on the NORDVEST Bandcamp site under the name NORD VEST.

You recorded your album “Sleepless” during sleepless nights in February 2018. Tell me when did you sleep last night? 

I usually go to bed around 10pm and get up at 6am.

From your Sleep cycles 4 tracks in 2015 and your recent uploads of recordings on your soundcloud, it seems that you like to give free samples for the public. Do you think music should be open source? What is your vision about it? 

It would be nice if music was always available for free, but unfortunately we all have to pay bills.

A reason why i offer music for free but with the « name your price » option is, many people download the music and many people also pay some little money. if i don´t offer the music for free noone buys the music. so i reach more people and earn more money if i offer the music that way. for my latest release on NORD VEST i ask for 3€ and so far i have not any single download.

You are a real Berliner. How did you experience the city evolution? What are for you the best places to play, find records and finally to find inspiration in town?

I do not live in Berlin anymore. Two and a half years ago I moved to Copenhagen.
Although Berlin is my hometown, Berlin has never meant much to me. Therefore, the farewell and relocation to another city was not difficult. I am a very boring person. my whole life is about art, cooking and good beer. From these three things I have enough in Copenhagen. Of course the club scene in Berlin is much bigger compared to Copenhagen and so I miss a lot of music, but luckily I still play TRESOR regularly. TRESOR was and is my favorite club in Berlin. And when I am in Berlin I always find time to see some art or have some beers with friends.

Your label Sleeparchive host exclusively your own music. Have you ever think to host other people’s music on it? If no, why?

When I founded the label in 2004 this was to release my own music. Therefore, the same name for artist and label. The label was never meant as a platform for others.

You will play tonight along Dopplereffekt. They did such a huge work on electronic music since the 90’s. They helped to build a bridge between Detroit and German techno, especially with their album Gesamtkunstwerk. Do you remember when you heard their music for the first time? Did they influence your work at this time? 

Dopplereffekt has no influence but I really enjoy the music they do since the first releases on DATAPHYSIX. I went to a Dopplereffekt concert at GRIESSMUEHLE in Berlin earlier this year just before I played my own gig at TRESOR. The music Dopplereffekt played that night was fantastic as always. So I look forward to listen to them again.

What can we expect from your live on December the 15th?

At the moment I like bleeps again very much. 99% of the time I play my music, I play between two DJs in a club. people come to dance and as my intension is to entertain me and the people, I play music they can dance to.