Report : Entre deep techno et acid, le live de Recondite toujours efficace

Considéré comme un des producteurs les plus fédérateurs de la scène deep techno, Recondite déçoit rarement son public. Il se produit toujours en live et expérimente ainsi sa grande bibliothèque musicale. Samedi 27 Octobre on assistait au retour de Recondite après la sortie de son album en février dernier et de son EP sur Afterlife en avril. Notre dj résident Jack Ollins s’est occupé du warm up, et Roland Appel, le résident du club Blitz à Munich a fini de faire chauffer en fin de soirée. Retour sur une soirée enivrante comme on les aime.

jack ollins cabaret aléatoire recondite

Quoiqu’on en dise, préparer un set de warm-up n’est pas chose la plus simple, surtout lorsque la tête d’affiche suit juste derrière. Cet exercice de style, Jack Ollins le maîtrise parfaitement, si bien qu’on aimerait qu’il continue toute la nuit. Des transitions presque inexistantes, des morceaux qui coulissent les uns dans les autres, une énergie plus que communicative derrière le booth, Jack Ollins est un vrai magicien ! Il a su captiver la foule et lui donner une énergie qu’elle gardera toute la nuit.

recondite cabaret aléatoire

Arrive alors le moment où Recondite s’installe et change l’atmosphère pour alourdir les basses et rentrer au plus profond de la deep techno. Moins de mélodie sur ce live, Recondite explore des nappes obscures voire acides, pour le plaisir des plus énervés.  1h30 de live à son image, poignant et intense, sans jamais se renverser. Roland Appel prend la suite avec beaucoup de talent, il explore alors un vaste panel des musiques électroniques : de la house à la techno en passant par de l’acid ou de la new wave, il n’a pas peur de jouer ce qu’il veut et sans perturber aucunement le public. Il nous confie avoir apprécié jouer ce qu’il avait envie, et trouver un public réceptif. La note de fin parlera d’elle même avec un remix

Toute les photos de la soirée sur l’album Facebook

Retrouver aussi le report de l’opening du club cabaret avec Silent Servant et Alessandro Adriani

Recondite « Produire de la musique n’est pas une manière de communiquer avec les gens, mais plutôt avec moi même »

S’il fallait citer le producteur le plus fédérateur de la deep techno c’est bien Recondite. A la fois sur des terrains ambient avec son dernier album Dammerlicht sur son label Plangent Records et sur des terrains deep techno avec son EP Rainmaker sur Afterlife. Il se produira en live pour 1h30, durée rallongée exceptionnellement le 13 juillet pour le GREENFEST festival

Quelle est la clé pour produire un morceau qui a toujours la même saveur 10 ans plus tard ?

Je ne sais pas vraiment, à la fin je pense que c’est à ceux qui écoutent de décider si le morceau reste pertinent ou non. Le point de vue des producteurs est souvent très différent. Je pense que notre genre ce n’est pas commun de construire un hit international qui dure longtemps.

Ton approche de la musique électronique pour ton label Plangent Records semble être plus en plus ambient, loin des hit de clubs. Est ce que pour toi l’écoute à la maison est une meilleure thérapie que le clubbing ?

A vrai dire Plangent n’a jamais vraiment été clubby, quand tu écoutes PLAN0001-004 tu peux trouver des morceaux qui pourraient être joués en club mais en même temps ce n’était pas leur destiné. Toutes les premières tracks sur Plangent sont très deep, moelleuses et plutôt chill.

Tu te décris comme quelqu’un d’introverti, mais donne des émotions très personnelles dans ta musique. Est ce que au fil du temps produire de la musique t’a aidé à t’ouvrir aux autres ?

Non, pas vraiment. Produire de la musique n’est pas une manière de communiquer avec les gens, mais plutôt avec moi même.

Quelles sont tes derniers coups de coeur/gueules musicaux ?

Hmm je travaille sur un nouvel EP et LP pour l’année prochaine, qui sont presque déjà finalisés. J’étais plutôt concentré sur ça récemment et j’écoute aussi pas mal de hip-hop international.

Peux tu nous donner 7 morceaux qui ont fait tes journées dernièrement ?

Robag Wruhme – Veddel Baaf
Yotam Avni – If you Still Want Me
Redshape – Pursuit
Mall Grab – Liverpool Street In The Rain
Barker & Baumecker – Cipher
Alex. Do – Rain
Roland Appel – Penny Loafer

English version

What is the key to produce a track that sill have the same flavor 10 years later? (like Cleric…)

I honestly dont know really – in the end i think it s up to the listeners to decide if a track remains of relevance or not. the producers viewpoint is very different a lot of times. i think in our genre it s not very common to build an intentional hit which lasts long.

 

Your approach of electronic music for your label Plangent Records seems to be more and more ambient, extracted from club hit. Is home listening a better therapy than clubbing?

well – actually Plangent was never really clubby. when you listen to PLAN0001-004 you ll find some tracks that “could” be played in a club but at the same time are definitly not intended as club material. all the first tracks on Plangent have been really deep, mellow and pretty laid back.

You describe yourself as someone introverted … but as well you give very personal emotions to your music. From time to time, did producing music helped you opening yourself to others?

No not really – making music is not a way to communicate with other people it s more a way to communicate with myself.

What is your recent musical crush and outrage?

hmm.. i m working on an EP and an LP for next year. both pretty much finished. i ve been focusing on that lately and I have been listening to some recent and old school hip hop from overseas.

Can you give us 7 tracks (lucky number!) that made your day recently for our community?

(see playlist below)
Dernières places disponibles pour le live d’1h30 samedi 27 Octobre dès 23h sur notre billetterie