Report : Entre deep techno et acid, le live de Recondite toujours efficace

Considéré comme un des producteurs les plus fédérateurs de la scène deep techno, Recondite déçoit rarement son public. Il se produit toujours en live et expérimente ainsi sa grande bibliothèque musicale. Samedi 27 Octobre on assistait au retour de Recondite après la sortie de son album en février dernier et de son EP sur Afterlife en avril. Notre dj résident Jack Ollins s’est occupé du warm up, et Roland Appel, le résident du club Blitz à Munich a fini de faire chauffer en fin de soirée. Retour sur une soirée enivrante comme on les aime.

jack ollins cabaret aléatoire recondite

Quoiqu’on en dise, préparer un set de warm-up n’est pas chose la plus simple, surtout lorsque la tête d’affiche suit juste derrière. Cet exercice de style, Jack Ollins le maîtrise parfaitement, si bien qu’on aimerait qu’il continue toute la nuit. Des transitions presque inexistantes, des morceaux qui coulissent les uns dans les autres, une énergie plus que communicative derrière le booth, Jack Ollins est un vrai magicien ! Il a su captiver la foule et lui donner une énergie qu’elle gardera toute la nuit.

recondite cabaret aléatoire

Arrive alors le moment où Recondite s’installe et change l’atmosphère pour alourdir les basses et rentrer au plus profond de la deep techno. Moins de mélodie sur ce live, Recondite explore des nappes obscures voire acides, pour le plaisir des plus énervés.  1h30 de live à son image, poignant et intense, sans jamais se renverser. Roland Appel prend la suite avec beaucoup de talent, il explore alors un vaste panel des musiques électroniques : de la house à la techno en passant par de l’acid ou de la new wave, il n’a pas peur de jouer ce qu’il veut et sans perturber aucunement le public. Il nous confie avoir apprécié jouer ce qu’il avait envie, et trouver un public réceptif. La note de fin parlera d’elle même avec un remix

Toute les photos de la soirée sur l’album Facebook

Retrouver aussi le report de l’opening du club cabaret avec Silent Servant et Alessandro Adriani