Interview de Ghost of Christmas : « On m’a présenté Martin et ça a collé tout de suite »

 Le duo Ghost of Christmas est composé du chanteur Martin Mey et du chamade beat Gaël Blondeau. Ils se sont lancés en 2015 avec un premier EP remarqué sur le label de Laurent Garnier Sounds like Yeah! Ils enchaînent de très belles dates en 2016 notamment aux Nuits sonores et Marsatac puis enregistrent un nouvel EP « Connect the Dots » en 2017. Leur vibe electronica prend une nouvelle forme sur cette production, avec des sonorités UK Bass et dubstep mêlées à la voix soul de Martin Mey. Ils joueront leur live en première partie de Rone le samedi 10 mars au Cabaret Aléatoire.

1 / Vous avez fait une date à Besançon en novembre avec Rone, vos univers sont plutôt similaires, comment s’est passée cette première rencontre et était-ce vraiment la première ?


Gaël : On avait joué aussi avec lui à Grenoble, deux jours avant… La rencontre s’est très bien passée, c’est quelqu’un de très humble et accessible.

2/ Passons aux fondamentaux : 
Vous avez tous les deux des carrières solo, qu’est-ce qui vous a décidé à faire de la musique ensemble ? 


Gaël : J’avais ce projet solo dans les tuyaux depuis un moment, sans forcément penser à y poser de la voix… et comme je suis pointilleux sur la diction anglaise, je n’avais jamais bossé qu’avec des anglais (Steve Spacek, Mpho Skeef, Kissey Asplund)… Mais un pote m’a présenté Martin et ça a collé tout de suite.


Martin : De mon côté j’ai toujours aimé l’électro et eu envie d’en faire, mais sans savoir le faire… Quand j’ai entendu les prods de Gaël je me suis dit qu’on pourrait être très complémentaires, et c’est le cas. 

Quelle est l’histoire (on est certaines qu’il y’en a une) du nom du groupe ?


Gaël : C’est tout simplement un clin d’œil à Dickens et son conte de Noël… 
 
3/ Ce qui m’amène tout naturellement à vous interroger sur votre processus de composition : Qui donne le top ? Est-ce que vous bossez exclusivement en studio ? A quel moment mettez-vous en commun votre travail ?


Gaël : Généralement le top vient de chez moi, de mon studio. Au départ, Martin posait juste la voix, maintenant on se connaît mieux et je lui laisse plus de liberté (ahahaha).


Martin : Oui, et je corrige au passage tous les accords litigieux (huuuhuhu)… Effectivement, Gaël m’envoie souvent des instrus, mais je peux aussi lui passer une boucle, une progression d’accords et un gimmick et il s’attaque à la prod… On commence souvent à distance, parce qu’on n’habite pas à côté, puis on finit ensemble dans son studio pour peaufiner, et on s’amuse à deux.
 
4/ Dans votre actu, on note la sortie d’un Ep des remix issus de Connect the Dots, pouvez-vous nous parler des artistes qui sont présents dessus ?


Gaël : Je suis très fan de musique électronique anglaise, j’ai un background drum & bass, broken beat avec Chamade Beat ;  alors quand on a rencontré Jay Robinson aux Nuits Sonores, grâce à Laurent Garnier, ça a collé immédiatement, je suis super fan de son gros son UK Bass / Garage.
Nikitch, c’est un peu par hasard, il a aimé un remix que j’avais fait pour Grems et à partir de là on s’est mis à discuter sur Facebook ; Nico fait vraiment des prods de dingue.


Martin : … Et il nous a vraiment retourné le morceau, Disaster, avec lequel on était pourtant déjà allés assez loin… On adore !


Gaël : Hugo LX, c’est par le biais de Pablo Valentino que je connais depuis un moment maintenant. J’adore le style de son qu’il produit, en un mot : Deep. Meteor, je les ai connus en mixant un morceau à eux, et ensuite j’ai mixé leur dernier EP. Ils sont super gentils tous les deux et ont un style de musique inimitable.
 
5/La suite ?


Martin :  On continue la tournée, avec la jolie scénographie qui nous accompagne et qu’on emmène un peu partout en France… et bientôt à l’étranger si tout va bien ! Et en même temps on est en plein enregistrement et production de nouveaux morceaux ; ça avance bien, ça arrive bientôt 😉

💟 Retrouvez Ghost of Christmas samedi 10 mars en première partie du concert de Rone