Report : Escale à Trinidad le temps d’un concert avec Anthony Joseph

En tant que membre fondateur du festival Jazz sur la Ville, le Cabaret Aléatoire a cœur à inviter chaque année des artistes de ce mouvement musical. Le jazz new school c’est la fusion des genres : avec l’afrobeat ou le reggae pour Anthony Joseph, avec l’électro pour Kodama. Des influences très diverses qui ont fait de cette soirée une rencontre unique.

 

kodama cocnert cabaret aléatoire

Un peu plus près des étoiles

Avec la prestance inégalée de Kiala, la chanteuse de Kodäma, leur concert a fait sensation. Premières notes allongées sur le synthé, ils enchaînent avec leur morceau phare « Asked to the moon », et l’on découvre l’énergie florissante de Kiala, qui communique avec le public malgré leur timidité ! La glace est brisée, tout le monde se met à danser et à chantonner sur les refrains. Black Cloud retentit, et c’est une version acoustique en longueur qu’on découvre, encore plus appréciable qu’en home listening. On se laisse emporter par la voix impressionnante de Kiala et les nappes de synthés cloudiennes. Elle finit avec un hommage à son père et à Fela Kuti, qu’il a accompagné à la guitare sur Egypt 80, avec un morceau résolument afrobeat « Water no gets enemy ». Introduction parfaite pour Anthony Joseph.

Porter le drapeau jusqu’à la scène

Les musiciens s’installent et commencent à jouer dans le noir, les prémices d’un concert de 2 heures intenses. En fond de scène, on aperçoit le drapeau de Trinidad, le pays d’origine d’Anthony Joseph, où il a enregistré son dernier album People of the Sun. Lorsqu’il commence à chanter/parler, on ne sait plus trop avec le spoken word, Anthony Joseph pose le ton. Le morceau devient un discours, et les notes une cadence de lecture. Les musiciens qui l’accompagnent en sont d’autant plus incroyables, et l’on remarque les superbes solos du saxophoniste, sous une lumière tamisée digne d’un coucher de soleil sur l’île des Caraïbes. Dig out your eye, Bandit School, autant de titres de son nouvel album déjà cultes. On le surprend lire une feuille de notes, un morceau/poème élaboré last minute !

Pour sûr, Anthony Joseph a fait voyager tout le monde, le public était en transe sur ses compositions enivrantes.

kodama cabaret aléatoire

Crédit photo : Philippe Claverin