[EXCLU] Interview d’Odezenne « On comprend rien à nos paroles faut qu’on écrive mieux bordel! »

Odezenne a sorti un nouvel album « Au Baccara » en Octobre 2018 et s’en suit une tournée dans toute la France, avec une date unique à Marseille Samedi 17 Novembre au Cabaret Aléatoire. Etant très fans de leur travail et de ce nouvel ouvrage, nous avons discuté avec un des membres du groupe, Alix, pour une interview exclusive.

Introductions

On est ravis de vous recevoir au Cabaret Aléatoire, à Marseille, le 17 novembre pour il me semble la deuxième fois ? On a retrouvé une affiche au fin fond de nos archives cet été en préparant la date.

Alix : ça fait longtemps qu’on connaît votre salle oui.

Ce très chaud dernier album aux beats électroniques clairement assumés vogue et oscille du trip mélancolique en passant par le lendemain de soirée ambiant ou encore le son du peaktime (bébé) pour être sûr de poser en soirée. Entre trap psyché et rap de cracker (cloud rap) sur en L, pouah, c’est un véritable voyage dans la nouvelle histoire du hiphop, qui s’écrit on en est certain maintenant avec vous.

Alix : Euh.. merci

Il nous reste tout de même quelques questions que voici :

1> Références qui vous ont nourris ces dernières années

Depuis votre dernier album Dolziger str.2 sorti en 2015, où l’on trouvait aussi des perles (mention spéciale pour le titre :  Vilaine), qui sonnait à mon sens plus electronica que techno, avec des textes plus slamés voire chantés que rappés en low flow, vous avez écoutés quoi ces dernières années tous ?

Alix : Quand on a fini notre tournée en 2017, on avait l’impression qu’on n’avait plus rien écouté depuis 2 ans, alors on s’est pointé au studio pendant 3 mois et tous les jours on écoutait 3-5h de sons… J’avais une grosse boulimie de musique, j’ai toujours été un dingue de musique, j’ai plein de vinyles et des disques durs gavés de titres.

Du coup je sais plus bien te dire mais je me souviens d’avoir découvert par hasard le groupe The Zombies, qui n’est pas tout jeune et le superbe album « Odessey and Oracle », mais aussi King Lizard and the Lizard Wizard, ou Yung Hurn et son EP Love Hotel qui est trop bien. Mais on écoutait tellement de trucs, de la trap aussi, des truc gros genre 21 Savage, Migos ou l’énorme Swang de Rae Sremmurd qui est juste parfait. Il y a aussi eu le Morceau « plein été  » de Michel Houellebecq qu’on a trop kiffé et pleins d’autres trucs en fait. On a jeté beaucoup de choses aussi.

2>L’album encensé

Clairement, on vous lit, on vous voit et on vous souhaite une belle tournée. On a remarqué l’engouement dès la mise en vente à votre fanbase ! ça donne quoi aujourd’hui de repartir sur la route avec une partie du public déjà conquis ? Ou d’autres qui cherche encore la teinte du 1er album sur ce dernier album ?

Alix : Je crois que y en a plus beaucoup qui cherchent la teinte du 1er album, c’était en 2008, ça date quand même. Mais s’il en reste ils peuvent encore l’écouter on va pas le retirer des circuits, pas d’inquiétudes ! Mais aucune envie de faire ce son aujourd’hui perso, je l’écoute parfois comme un un beau souvenir.

Sinon je crois que le public n’est jamais conquis d’avance par contre, même si c’est vrai qu’il est plus nombreux à chaque tournée. Si tu prends une ville comme Nantes par exemple où on commence la tournée demain. Le premier concert en 2008 on devait être 60, puis 2 ans après 150, puis 300 puis 600 en 2016 et demain c’est la grande salle du Stereolux qui est complète, y a 1200 mecs qui nous attendent pour fêter cet album c’est vraiment cool. Mais faut pas décevoir non plus. A Marseille c’est pareil on va être deux fois plus nombreux au moins que la dernière fois qu’on est venu, c’est cool.

3>Nucléaire 

Dans l’équipe on ne tombe absolument pas d’accord sur ce que raconte le titre Nucléaire ! Je vous lance les hypothèses à cocher

  • C’est une fin d’histoire d’amour

  • C’est l’histoire de quelqu’un qui est décédé ?

  • Dans tous les cas c’est triste ?

Alix :  Aucun des trois ! Putain merde on comprend rien à nos paroles faut qu’on écrive mieux bordel!

4> Bébé 

On sent du sérieux vécu sur ce titre, qui raconte une histoire plutôt triste celle de ne pas savoir s’arrêter d’abuser de l’alcool en soirée.  Vous nous racontez ce qui a motivé l’écriture de ce morceau ?

Alix :  On prête souvent une tristesse à nos titres qui n’est pas toujours justifiée. En l’occurrence ce titre est plutôt drôle j’trouve. Jacques a écrit ce texte un lendemain de soirée. Sa copine faisait une première représentation, elle a un collectif chelou qui s’appelle « la chambre bleue », c’est très cool d’ailleurs ce qu’elle expérimente autour de la poésie et de la performance. Bref on s’est pointé pour voir normal et il a niqué le cubi. Et Jacques quand il est en mode sheitan c’est pas bon, faut pas se mettre en travers faut le laisser aller au bout sinon c’est pire. Finalement il a bien fait t’as vu ça a donné une belle chanson ! Même sa gow est ravie je crois au final.

5> Usurpation d’identité

Info ou intox votre nom : Odezenne, viendrait du nom de votre principale de collège ? Est-ce qu’elle reçoit l’album en exclu, est-ce qu’elle est invité en backstage et a-t-elle l’intégralité du merch en vitrine chez elle ?

Alix : Ouais elle est VIP à vie. En 2016 en fin de tournée, on lui a envoyé un chauffeur chez elle pour qu’elle vienne inaugurer le Maryonne Festival à Bordeaux (c’est son prénom), elle a accepté et quand elle est arrivée on lui a tendu un petit cousin avec un gros ciseau dessus. Elle devait couper le ruban rouge qu’on avait tendu sur la scène et annoncer le line up. C’était plus chou quand elle a dit « Caballero et Jeanjass, Ichon, JC Satan, Djedjotronic et Odezenne » ! Tout notre public criait « Maryvonne Maryvonne » ! On aurait dit une élection présidentielle.

6> Bonus malaise 

Et sinon à part ça vous êtes heureux dans la vie ?

Alix : De ouf, on se sent bénis avec ce disque, il est arrivé avec tellement de simplicité, c’était fluide, chez nous, puis on a réalisé notre rêve de mixer dans un studio mythique à Londres et tourner tout ça sur bande à l’ancienne, chez les Kinks, c’est des souvenirs de dingues ! On n’a jamais été playlisté dans une radio nationale et notre tournée est déjà quasi complète partout, c’est trop bien, comment tu veux qu’on soit pas heureux ? Ça n’a pas toujours été le cas, on a eu deux taffs pendant longtemps, on a partagé nos salaires et RSA pendant longtemps, on charbonne comme des dingues en vrai mais là pendant 1 mois on va essayer de savourer.

Merci Odezenne pour ces belles réponses, hâte de voyager dans le Baccara au Cabaret 😉

Crédit photo : Edouard Nardon & Clement Pascal